Les espaces verts

Quels sont les moyens de prévention pour protéger vos agents ?

  Environnement    13 février 2018

Voici quelques éléments clés pour protéger vos agents des risques auxquels ils sont exposés.
Dans tous les cas, vos équipes devront disposer d’une trousse de secours et au moins un des membres de chaque équipe devra avoir reçu la formation Sauveteur secouriste du travail.
Nous vous conseillons également de compléter cette formation par une spécialisation en « descente de blessés ».

Pour les risques liés aux ambiances de travail et aux contraintes physiques

Les moyens techniques :

  • privilégier l’utilisation de moyens de manutention mécanique ;
  • installer des rampes d’accès pour charger les remorques ;
  • privilégier l’utilisation de scies à chaînes adaptées à la nature du bois et au diamètre des branches à couper ; veiller à leur entretien et à leur affûtage, vérifier l’état des silentblocs, du guide chaîne et des carters de protection ;
  • privilégier des outils de coupe légers et bien affûtés (croissants, sécateurs…) ; des manches flexibles (pour mieux absorber l’énergie et les vibrations) ;
  • adapter les protections collectives/individuelles aux tâches réalisées ;
  • privilégier l’achat de matériel le moins bruyant possible ;
  • s’assurer du bon état des sièges des engins ;
  • prévoir une tenue vestimentaire adaptée face aux chaleurs et aux intempéries.

Les moyens organisationnels :

  • sensibiliser les agents aux gestes et postures ainsi qu’au port des équipements de protection individuelle (EPI) ;
  • former tous les agents aux procédures de travail ;
  • toujours utiliser les outils mécaniques de coupe avec les 2 mains ;
  • vérifier systématiquement l’aptitude médicale des agents ;
  • sensibiliser les agents à la nécessité d’avoir une bonne hygiène de vie et une alimentation correcte;
  • sensibiliser les agents sur l’importance d’une hydratation régulière.

Pour les risques liés à l’exposition aux agents biologiques

  • tétanos : s’assurer du suivi des vaccinations des agents ;
  • leptospirose : porter des gants et des bottes dans les zones à risques ;
  • rage : ne pas toucher les cadavres d’animaux et consulter en cas de morsure ;
  • tiques : signaler toute piqûre constatée, consulter un médecin en présence d’une rougeur ;
  •  allergies aux pollens : consulter un médecin en cas de persistance des symptômes (éternuements, irritations, démangeaisons…) ;
  • dans tous les cas : prévoir de quoi assurer une hygiène cutanée et la désinfection des plaies.

Pour les risques liés à l’exposition aux insectes

  • Repousser si possible les interventions en dehors des périodes de fortes présences des insectes (périodes de migration pour les chenilles urticantes par exemple) ;
  • Prévoir une consultation médicale en cas d’indisposition.

Pour les risques liés à l’exposition aux produits chimiques

Les moyens techniques :

  •  privilégier les solutions alternatives aux produits phytosanitaires nocifs (produits moins dangereux, désherbage thermique, etc.) ;
  •  respecter les règles de stockage, de transport et d’utilisation des produits (équipements de protections adaptés aux produits) ;
  • s’assurer de l’entretien du matériel de pulvérisation ;
  • privilégier l’usage de bidons avec becs verseurs ou entonnoirs ;
  • s’assurer de l’entretien et du bon réglage des outils thermiques et des engins ;
  • sensibiliser à l’importance du lavage des mains et de la prise de douche après contact avec les produits, les huiles, carburants, gaz d’échappement… ;

Les moyens organisationnels :

  • former annuellement les agents en contact avec ces produits sur les risques, les consignes et les bonnes pratiques de sécurité et d’usage ;
  • s’assurer de la surveillance médicale des agents et compléter leurs fiches d’exposition professionnelle.

 

Pour les risques routiers

  • s’assurer du bon entretien des véhicules et des engins ;
  • sensibiliser les agents au respect de règles du code de la route, des gabarits, des PTAC, etc. Une attention particulière devra être portée sur l’interdiction de l’usage du téléphone au volant ;
  • s’assurer de la séparation dans les engins, des hommes et du matériel transporté, arrimer le matériel dans les véhicules ;
  • former les agents aux bonnes pratiques de signalisation des chantiers (distance de signalisation, position et type de panneaux, port des vêtements haute visibilité, etc.).

Pour les risques de chute

  • veiller à ne pas courir sur les chantiers ;
  • s’assurer du port des chaussures de sécurité ou des bottes antidérapantes ;
  • veiller au bon rangement du matériel (sur le chantier, dans les véhicules et au dépôt) afin d’éviter qu’il encombre les espaces de travail ;
  • veiller à l’entretien et au bon accès des marchepieds des véhicules et engins (marchepieds de taille suffisante, antidérapants avec arrêts latéraux et butées) ;
  • baliser (et obturer si possible) tous les trous ouverts de jour comme de nuit ;
  • utiliser des moyens d’accès en hauteur adaptés ;
  • s’assurer du port et de l’entretien des harnais de sécurité ainsi que de ses accessoires.
  • si nécessaire, vous devez également dispenser aux agents une formation adéquate aux techniques de travaux sur cordes.

Pour les risques liés aux contraintes environnementales

  • s’assurer de la formation adéquate des chargés de travaux ;
  • examiner préalablement toutes les zones de travail (plans, etc.) afin d’identifier les dangers potentiels à proximité du futur chantier (lignes électriques aériennes, canalisations de gaz, voies de chemin de fer ou voie publique, zone de passage de piétons, vélo, ou encore présence de cours d’eau, etc.). En fonction des éléments ainsi identifiés, les règles spécifiques applicables devront être respectées.

Pour les risques liés à l’utilisation des équipements de travail

Les moyens techniques :

  • veiller à ce que tous les matériels utilisés soient aux normes ;
  • s’assurer, lors de l’achat de machines, que celles-ci soient aux normes ;
  • veiller à ce que le port des Équipements de Protection Individuelle soit effectif et adapté aux situations (pantalons, vestes et gants de protection contre les coupures – tronçonneuse, matériels de coupe -, harnais contre les chutes de hauteur, lunettes et visières de protection contre les projections de copeaux, casques et chaussures renforcées contre les chutes d’objets, etc.) ;
  • vérifier le bon état des dispositifs de protection des équipements ;
  • s’assurer du respect des règles de réglage, d’utilisation, d’entretien, de débourrage et de maintenance de chaque catégorie de matériels (par exemple : lors d’un débourrage de tondeuse, l’intervention doit se faire sur le matériel arrêté et débranché pour éviter tout redémarrage intempestif) ;
  • respecter les consignes d’utilisation des engins (pente maximale, charges, etc.)
  • vérifier la présence d’une ceinture de sécurité sur les engins de levage ;
  • s’assurer du bon balisage de tous les chantiers ;
  • s’assurer de la présence de protections contre les projections ainsi que du signal sonore de recul sur les engins.

Les moyens organisationnels :

  • tous les agents devront avoir reçu les formations spécifiques à l’utilisation et à l’entretien de tous les équipements qu’ils sont susceptibles d’utiliser (coupe, manutention, levage, etc.). Toute absence de formation à ce sujet impliquera directement la responsabilité de la collectivité en cas d’accident ;
  • veiller également aux délais de validité et aux recyclages des formations ;
  • contrôler le bon respect de toutes les consignes d’usage et de sécurité.

Sur le même thème...


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Partagez