La prévention du risque de feux de forêt

Quels sont les pouvoirs du maire sur la prévention du risque de feux de forêt ?

  Prévention et sécurité    19 janvier 2018

Les pouvoirs du maire en matière de prévention du risque d’incendie de forêt consistent à anticiper les risques afin de les prévenir au maximum. Il s’appuie pour cela sur le plan communal de sauvegarde, qui doit notamment organiser l’information de la population sur les risques encourus, faire connaître les consignes de sécurité, d’alerte et d’évacuation. Il peut ainsi :

Prescrire des mesures restrictives à l’urbanisation

  • Refuser les permis de construire dans les zones à fort risque de départ de feux en s’appuyant sur les plans de prévention des risques naturels, mais également sur le Code de l’urbanisme qui permet de refuser les permis de construire de projet portant atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d’autres installations (Code forestier, article R.111-2).
  • Limiter, dans le PLU, les projets d’urbanisation des espaces naturels et intégrer le risque d’incendie.
  • Prendre en compte de façon plus systématique le risque dans l’aménagement de l’espace.

Prescrire des mesures restrictives ou d’interdiction

  • Prescrire dans le cadre d’arrêtés municipaux, l’interdiction de toute incinération pendant une période déterminée pour cause de sécheresse ou de vent fort (l’interdiction peut porter sur des feux allumés à moins de 400 mètres des espaces boisés).
  • Prescrire des restrictions en matière de travaux par point chaud à fort risque d’incendie ou d’explosion (interdire les travaux à la tronçonneuse).
  • Interdire l’accès aux massifs forestiers en fonction des jours à risque climatique élevé.
  • Interdire le camping en forêt.

Surveiller et renforcer certaines présences

  • Faire de la surveillance météo.
  • Surveiller les forêts afin de détecter tout départ de feux pour intervenir rapidement.
  • Renforcer la présence de personnes en patrouille de surveillance et d’alerte pendant la période estivale (pompiers, forestiers…) et veiller à la bonne coordination entre les missions communales et départementales.
  • Prévoir des personnes en « réserve communale de sécurité civile » afin de renforcer le nombre d’acteurs participant aux secours.

Informer et former

  • Sensibiliser les propriétaires privés, les touristes sur le risque d’incendie par des campagnes d’information (distribution de dépliants, sensibilisation en milieu scolaire et en milieu professionnel…).
  • Sensibiliser les touristes par des campagnes d’affichage (ne pas fumer en forêt, ne pas allumer de feu ou de barbecue en forêt, ne pas jeter de mégots par la vitre de la voiture…). Prévoir un n° d’appel spécifique en cas de départ de feu, sinon rappeler le 18 (numéro d’appel des pompiers).
  • Éduquer la population en publiant par exemple une plaquette « En cas d’incendie ayez les bons réflexes face au risque », contenant des consignes de sécurité telles que : laisser libres les voies de circulation et d’accès, arroser les abords de l’habitat, veiller à la fermeture ou extinction de toute source inflammable, se calfeutrer dans un bâtiment proche, fermer volets et portes, veiller à ne pas faire de courant d’air, prévoir des linges mouillés afin de boucher toutes les entrées d’air, respecter les instructions des pompiers.
  • Cartographier les points d’eau présents sur la commune et pouvant servir à la lutte contre le feu (réserve d’eau naturelle, piscines accessibles aux secours…).

Entretenir

  • Entretenir les routes, voies ferrées, chemins forestiers.
  • Veiller à ce que les parcelles proches des zones à risque de feux soient entretenues régulièrement par leur propriétaire, à défaut exécuter systématiquement des travaux de débroussaillement.
  • Veiller à l’installation systématique de bornes incendie aux abords des habitations proches des forêts.
  • Assurer le contrôle et l’exécution du débroussaillement obligatoire des constructions, installations et terrains situés à moins de 200 mètres des terrains forestiers, dans les territoires réputés particulièrement exposés aux risques d’incendie.

Sur le même thème...


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Partagez