Les collectivités et le risque alcool au travail

Quelles actions de prévention la collectivité peut-elle mettre en place ?

  Prévention et sécurité    11 septembre 2017

Mesures pédagogiques et préventives

Réunions d’information, sensibilisation des encadrants, interdiction des boissons pendant les réunions et encadrement de l’organisation de « pot », institution de groupe de travail, communication interne, désignation de référent, etc.

Exemple : un agent, représentant la Collectivité, est nommé « référent Alcool » à la suite d’un état des lieux dressé par la DRH de la ville de Charenton-le-Pont et vient en aide aux agents le sollicitant (source : article de la Gazette du 23 janvier 2006).

Mesures d’aide en direction du personnel encadrant

Le règlement intérieur peut interdire toute consommation d’alcool au sens large, définir la liste des postes à risques, les conditions de recours à l’alcootest, la responsabilité des chefs de service.
Mesures destinées à l’orientation des personnels concernés

Exemples

  • Expériences menées à Meaux (source : article de la Gazette du 23 janvier 2006) :
    • contrat d’engagement : la municipalité s’engage à assurer le maintien de salaire si l’agent suit un traitement durant ses heures de travail
    • travail en collaboration avec l’hôpital de Meaux qui dispose d’un centre de cure ambulatoire.
  • La prise en charge du « risque alcool » par la ville de LAON (source : revue RH Territoriales mai 2006)
    • les encadrants sont formés aux enjeux du « Risque Alcool »
    • le « Risque Alcool » est intégré au règlement intérieur
    • des contrôles d’alcoolémie sont organisés en cas de doute
    • l’efficacité est liée à la responsabilisation des acteurs.
Mesures d’accompagnement
  • Pour aider les agents en souffrance physique, psychique et sociale importante, sujets à des arrêts fréquents et/ou longs dus à la surconsommation d’alcool, et prévenir la survenance de maladies de longue durée, des stratégies d’accompagnement existent qui, associées aux soins, visent à diminuer les risques de rechute et à accroître les durées de rétablissement. Cette «éducation thérapeutique» associée aux soins est dispensée par des sociétés spécialisées dans le soutien psychologique. Des psychologues diplômés, à la demande de la collectivité, mettent à la disposition de l’agent qui présenterait une dépendance majeure ou en situation d’échec, un soutien psychologique sous réserve de son accord. Plusieurs séances sont alors nécessaires.
  • Des sociétés spécialisées offrent des services d’accompagnement pour vos agents : contactez votre chargé d’affaire Groupama pour accéder au service prévention.

Sur le même thème...


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Partagez